Avertir le modérateur

22/05/2008

Et bim !

Même Jean-Luc Marx, préfet délégué à la sécurité, le dit :

"Il y a un effort à faire à Marseille sur les infrastructures de transports, notamment sur les pistes cyclables. Il faut mieux partager l'espace public."

L'appel est lancé : Caselli arrivera-t-il à honorer la promesse de Muselier :  100 km de pistes cyclables en plus ? Suspense...

15/03/2008

Déjà dans ta ville

 

 

Venu nous donner un coup de main au journal, Laurent avait débarqué avec un vélo noir hyper léger magnifique. Un peu jaloux, j'avais décidé d'aller au magasin où il s'était procuré cette merveille. Avec les élections, j'avais un peu tardé, et lu entretemps le guide du vélo à Marseille. Celui-ci m'a ouvert une perspective déjà entr'aperçue à Bruxelles : le vélo pliable.

LA solution pour ne plus se taper des côtes : il suffit de plier le vélo et prendre les transports en commun pour sauter l'obstacle. Curieux, je vais donc au magasin de Laurent, m'enquiers des modèles de vélo pliable et découvre la merveille ci-dessus youtubée*. Un vélo pliable en accordéon qui, contrairement à la plupart de ses concurrents, peut continuer à rouler plié, poussé sans effort dans le métro ou dans l'autobus.

Après une semaine de tiraillement (parce que ça coûte un peu un bras, quand même), j'ai craqué. Depuis trois jours je sillonne Marseille avec. Et je me marre.

C'est un poil moins rapide, mais beaucoup plus maniable qu'un vélo classique. Et si on fait moins de gros efforts de par l'utilisation des transports en commun, on pédale quand même plus dur car il n'y a que trois vitesses. Mes cuisses se durcissent déjà et je me découvre un tout nouveau poumon. A quand la production de ce truc en grande série, que tout le monde sillonne la ville avec ?

 

Raoul Duke, capitaine flemme 

 

*La vidéo est tournée à Paris, mais c'est le même esprit... 

08/12/2007

Aï-euh !

Par vice ou goût de l'inconnu, you name it, je m'entête à emprunter régulièrement nos beaux vélib -pardon, "Le Vélo"*. Et bien m'en prend car je découvre à chaque fois de nouveaux motifs d'extase.

L'absence totale d'amortisseur par exemple : un pur plaisir quand vous vous mangez un trottoir**  ou un nid de poule, surtout dans une descente, assis sur 23 kilos d'acier lancés à pleine vitesse. Des amortisseurs de roue avant, c'est disponible sur le premier vélo entrée de gamme à Carrefour, mais pas sur nos beaux "Le Vélo" à 3 000 euros pièce. 

 

Raoul Duke, contribuable ingrat 

 

*Comme l'a souligné Gad Elmaleh lors de son dernier spectacle à Marseille, ce nom est effectivement une véritable trouvaille. A rapprocher du nom "Stade de France" pour le super-stade de Saint-Denis. 

**Parce que oui j'avoue, je monte sur les trottoirs. Je préfère slalomer entre les piétons que me faire masser les côtes par le pare-buffles d'un 4X4 Pajero. C'est idiot de ma part, je sais...

07/11/2007

Rions un peu avec MPM

Argument imparable de la communauté urbaine Marseille-Provence Métropole, sur le site web du Vélo, pour inciter les Marseillais à monter en selle : 

"En voiture, l’air respiré se trouve à hauteur des pots d’échappement : il est donc très pollué. A vélo, en étant placé bien au-dessus des pots d’échappement, vous respirez un air plus sain et vous restez moins longtemps dans les zones les plus embouteillées qui sont aussi les plus polluées. "le vélo", c’est donc le moyen idéal pour se maintenir en forme !"

C'est vrai, quoi : il n'y a qu'à tenter la montée de la rue Breteuil aux heures de pointe pour se sentir tout regaillardi, les poumons bien dégagés.

 

Raoul Duke, docteur en petite reine  

Crash test

Manque de pot, ma carte d'abonnement au Vélo ne marche pas. La hotline Jean-Claude Decaux tombe des nues : "C'est la première fois que ça nous arrive !". Raoul Duke, toujours ce soucis d'inscrire des records...

N'y tenant plus, l'écume aux lèvres, je loue un vélo avec ma carte bleue. Première sensation : on est plutôt bien assis, et l'engin donne une sensation de sécurité et de solidité. Bornes de dépose simples à manoeuvrer, bon éclairage, système pour protéger bas de pantalons et long manteaux (ou robes et jupes pour vous mesdames). Tout confort.

Inconvénients : cette bécane pèse trois tonnes, il n'y a que trois vitesses dont une "mollets d'acier" et deux "je pédale dans le vide". Le tout combiné à des freins plutôt mous et à un changement de vitesse qui se manoeuvre en sens inverse d'un dérailleur classique : il va falloir du temps pour s'habituer. C'est pas demain que je vais laisser tomber mon Décathlon 21 vitesses, amortisseurs et freins de compète. En plus, il est dispo 24h/24, lui.

 

Raoul Duke, docteur en petite reine 

Roulez, jeunesse

Le Ravi, facétieux, souligne que les vélos à louer marseillais sont inaccessibles de 24h à 6h du matin, heures où ils seraient pourtant fort utiles aux fêtards noctambules, et où il n'y a généralement pas un bus et peu de bagnoles dans les rues.

Malgré ces handicaps, les abonnements semblent fonctionner à plein : trois semaines après avoir renvoyé le formulaire, je viens de recevoir ma carte, et je suis le 2000e  et quelque abonné. Marseille, déclarée apte au vélo.

 

Raoul Duke, docteur en dérailleur 

26/10/2007

Gendarmes couchés

J'avais cherché cette citation dans mes notes, et comme je ne l'ai pas retrouvé je me suis demandé si je l'avais rêvée : Renaud Muselier expliquant sans rire que les utilisateurs du Vélo devraient rouler sur la rue "parce que ça forcera les voitures à ralentir et ça contribuera à réduire la circulation auto en ville". Et puis cette semaine Marseille l'Hebdo publie la lettre d'une lectrice qui relate des propos similaires tenus par Maurice Talazac, adjoint au maire à la voirie.... Après tout, c'est vrai qu'un cycliste, c'est plus pratique qu'un casse-vitesse : pas besoin de faire des travaux pour le mettre sur la rue et puis, quand tu roules dessus, ça abîme moins tes amortisseurs.

 

Raoul Duke, docteur en petite reine 

29/04/2007

Crash test dummy sur les allées du Prado

Pour la première fois hier après-midi, j’ai testé les soi-disant pistes cyclables des allées du Prado. Dire que c’est un vaste foutage de gueule serait en dessous de la réalité. Comment décrire cette expérience ? Disons qu’on se croirait revenu dans une séance d’initiation à la sécurité routière.

Rien ne vous est épargné. Il faut zigzaguer successivement entre : les étals du marché, les bouches de métro, les kiosques à journaux, les algeco des promoteurs immobiliers et surtout les piétons, qui ne remarquent pas du tout les bandes blanches délimitant la piste, peintes si discrètement sur le sol.

Le pinacle est atteint aux passages cloutés : là la piste disparaît purement et simplement. Il faut donc s’embringuer au milieu des piétons, ce qui suscite évidemment quelques protestations.Si les 100km de pistes que nous promet la communauté urbaine sont tous comme ça, je vais m’acheter un scooter.

 

Raoul Duke, docteur en changement de braquet

27/02/2007

La piste sauvage

Pour la première fois depuis de longs mois, une réunion s'est tenue en janvier directement entre les techniciens de la communauté urbaine et des associations de cyclistes.

Problème : les travaux de voirie liés au tramway sont quasiment terminés sur la Canebière et la rue de la République. Aucun espoir donc d'y voir des pistes cyclables. Il faudra rouler sur les voies des voitures, elles-mêmes rétrécies pour faire de la place au tramway. La cohabitation s'annonce apaisée...

Entretemps, de sympathiques hurluberlus ont décidé de créer leurs propres pistes cyclables dans Marseille. Cela leur a même valu un petite convocation au commissariat Noailles où la police s'est montrée "très gentille et compréhensive" selon le réseau Ecoforum.

Ca peut peut-être s'expliquer : au commissariat Noailles, ils vont être première ligne pour ramasser les cyclistes accidentés de la nouvelle Canebière...

 

Raoul Duke, docteur en garde-boue 

21/01/2007

Vivement l'été !

On va enfin pouvoir rouler en vélo dans Marseille : notre ville redevient étape du tour de France pour l'édition 2007.

16/01/2007

Déshonoré

Honte sur moi ! Malgré mon Triban Trail double dérailleur, je me suis fait doubler ce matin dans la montée rue Lulli (1er) par une jeune femme équipée uniquement d'un vieux Peugeot monodérailleur ! Maudites soient mes cuisses si peu musclées, jusqu'à la troisième génération !

Consoloation tout de même, la belle s'est ensuite attaquée à la rue Grignan dans toute sa longueur, direction Notre-Dame-du-Mont. Visiblement, elle a l'expérience de la côte, inutile donc de lutter.

 

Raoul Duke, docteur en remise en forme

 

PS : Je ne me ferais quand même pas seppuku à cause de ça puisque ce matin, j'ai tout de même fait Fort Saint-Jean - parc du XVIe centenaire en 23 minutes chrono.

14/01/2007

Supplique pour être enterré à la plage de Knokke-le-Zout

Jumelons Bruxelles et Marseille ! Non pas parce que ça me ferait des bonnes excuses pour aller en reportage chez moi aux frais de la princesse, mais parce que les deux villes se ressemblent plus qu'on ne croit !

Nombre d'habitants comparable (près d'un million), même enchevêtrement de compétences entre collectivités locales, beaucoup de problèmes communs, parmi lesquels propreté et circulation.

Marseille s'était déjà inspiré de l'expérience belge pour ses campagnes de com' en faveur du tri sélectif. Elle pourrait, dans le même esprit, regarder un peu ce qui se passe à Bruxelles en matière de vélo.

Car Bruxelles aussi s'est lancé dans une grande politique de promotion du vélo. Avec, comme bientôt à Marseille, un système de vélos à louer (géré par Jean-Claude Decaux, aussi).

Les tarifs sont globalement les mêmes, mais l'implantation des stations de location est différente : alors que Marseille veut aller jusque dans ses quartiers périphériques, Bruxelles s'en tient pour le moment à l'hypercentre, autour de la Grand-Place.

Marseille et Bruxelles se rejoignent en revanche dans la nullité totale de leurs pistes cyclables. Les deux villes ont opté priotairement pour des pistes "peintes" sur le macadam ou les trottoirs. Piétons et voitures étant censés les respecter. Seule amélioration belge : un petit espace (la "zone avancée pour cyclistes") prévu devant les feux rouges pour que les vélos puissent démarrer au vert les premiers.

Pour le moment, ces efforts paient peu : les quelques vélos aperçus à Bruxelles sont surtout des vélos pliables, qu'on emporte avec soi dans le tram puis qu'on déplie pour faire le trajet entre l'arrêt et le lieu de travail ou le domicile. 

 

Raoul Duke, chroniqueur mondain à "Petite Reine" 

 

10/01/2007

Itinéraire bis

Pour fêter le nouvel an, j'ai tenté la montée par le boulevard Baille : c'est un leurre !!! On a l'impression que c'est moins raide mais comme ça grimpe sur une plus longue distance, on est fatigué pareil à la fin. Ma belle chemise de réveillon a été trempée de sueur ! Remboursez !

28/11/2006

A fond à fond à fond

La montée a été très dure, mais la récompense est à la hauteur de l'effort : une descente de la Canebière en vélo à 1h du mat, seul sur la route, à fond de train. On se sent revivre !

03/11/2006

Encore plus beau quand c'est inutile

Pour aller à l'atelier de Vélos en ville faire graver une immatriculation sur ma bécane, j'ai à nouveau emprunté la montée de la mort : préfecture-Cours Julien via le cours Lieutaud.

Avec la plus petite vitesse, sans lever le cul de la selle, ça passe. Mais arrivé en haut on a l'impression d'avoir un poumon en moins. Une demi-heure après, j'en ai toujours le souffle court. Peut-être faut-il vraiment chercher un itinéraire bis pour cette montée. Any advice ?

Le plus beau est que tout ça n'a servi à rien : l'atelier CVV était fermé ce vendredi. 

09/10/2006

Huile de genoux

Grande première ce matin : j’ai fait Fort-Saint-Jean à jardins du Pharo (2,4km) en vélo, en 11 minutes chrono, contre 25 au minimum à pied (avec traversée en Ferry Boîte) !

Constats :

-vers 9h15, ça roule pas mal, on peut même se permettre d’emprunter le trottoir le long du quai de Rive Neuve, même si beaucoup de passages piétons n’ont pas d’abaissement « en bateau », ce qui fait mal aux amortisseurs.

-en jouant sur les vitesses, la cote n’est pas dure à monter, contrairement à ce que je craignais.

-vers 13h, pleine heure de pointe, c’est plus stressant, il faut plus zigzaguer mais on avance quand même

-contrairement à ce que dit la Fubicy sur son site national, le cycliste, « situé très au dessus du niveau des pots d’échappement », respire quand même beaucoup de gaz

-quand on peut arriver à destination et garer son vélo sur une barrière pile devant l’immeuble, c’est vraiment un gain de temps démentiel

C'est pas moi c'est eux

Renaud Muselier, premier adjoint au maire, interrogé sur l'absence de piste cyclable sur la Canebière du futur :  "C'est le collectif Vélos en ville qui m'a demandé de faire et une zone 30, de mettre les vélos sur la route et de faire passer les pistes cyclables par les allées Gambetta. Après, moi sur la Canebière j'ai de la place, on pourra toujours faire une piste si c'est nécessaire". Sans doute avec juste un bon coup de peinture, comme sur les allées du Prado...

Et pendant ce temps, Maurice Talazac, adjoint à la voirie, répète qu'on ne fera pas de piste cyclable sur la Canebière.

13/09/2006

RTFM

Grâce à Vélo en ville, j'ai redécouvert que j'avais deux plateaux à trois et sept vitesses sur mon vélo ! Résultat des courses : la montée rue Paradis (à contre-sens évidemment) sans forcer ce matin. Même pas en nage ni rien. Le petit vent frais aide aussi, of course... Next up : aller au Pharo en empruntant la file des voitures. Brrrrrr.

29/08/2006

Poney express

Revenant d'Aix en pleine heure de pointe et devant rendre mon papier à 18h30, j'ai tenté un truc chanmé : laisser ma voiture chez moi et finir le trajet en vélo pour zapper les embouteillages du Vieux-Port.

Besace bourrées de notes en bandoulière, zigzaguant entre les piétons à toute vitesse, cela avait fière allure : le style facteur du far-west qui saute d'une monture à l'autre sans même s'arrêter.

Las, si le stratagème m'a fait faire Aix (hôpital Montperrin) - Marseille (rédaction 20 Minutes) en 45' chrono, il ne m'a pas donné plus d'inspiration pour résumer en un feuillet la polémique sur les avis psychiatriques dans les prisons.

Résultat de la course : papier rendu avec quarante-cinq minutes de retard.

 

27/08/2006

Question philosophique

Vu le temps passé à :

-décadenasser le vélo

-éviter les voitures

-éviter les travaux

-éviter les montées trop raides

-éviter les piétons

-se prendre le mistral en pleine poire

-cadenasser le vélo

Ne vaut-il pas  mieux pas, à Marseille, circuler en roller si on veut aller vite, sportivement, sans se prendre la tête et en pouvant rouler sur les trottoirs ?

Enfin c'est une question pour ceux qui arrivent à tenir plus de 30'' sur des rollers, étant entendu que je ne fais pas partie de cette mystérieuse tribu...

Entre deux promesses sur les 80km de pistes cyclables, Renaud Muselier s'y était essayé l'an dernier et s'était retrouvé dans le plâtre. Lui, au moins, en a tiré toutes les conséquences : il roule en Harley.

Raoul Duke, docteur en pot belge 

21/06/2006

My poor buttom

L'itinéraire via St Férréol, c'est pas mal mais un peu moins confortable : sur les portions pavées, on a l'impression de faire un Paris-Roubaix...

 

20/06/2006

Max et les dérailleurs

Comme dit une copine, Marseillaise pur jus : "à vélo, on se prend pour une voiture, pour un piéton, ou un vélo, selon ce qui nous arrange". Et ce mépris total de la réalité, quelque part, fait du cycliste un vrai Marseillais. J'ai vécu ça en direct pas plus tard que ce matin.

Pour inaugurer mon premier trajet maison-journal, j'ai failli me faire écraser par une bagnole (une Mercedes Benz noire tout de même, ça aurait eu de la classe).

En effet, pour schuinter les embouteillages rue Breuteuil, je zigzaguai entre les deux filles de voitures quand soudain j'eus l'idée de passer sur le trottoir, coupant la route sous le nez de la Benz qui ne m'avait pas vu...

Une fois la frousse passée, j'ai décidé d'opter pour un itinéraire bis via la rue St Fé, avec achat d'un masque avec filtre à air pour la prochaine fois où je me retrouve empégué dans les embouteillages.

16/06/2006

Point de non-retour

Et voilà, le premier pas (ou plutôt le premier tour de roue) est fait : j'ai roulé ce matin du Fort Saint-Jean à Castellane, aller-retour. Et il est clair que je ne vais plus pouvoir me passer de mon vélo. J'ai sué comme un boeuf (chaque poil a eu sa goutte, comme dit Philippe Katerine), j'ai mal aux genoux, mais ça valait le coup.

Zizgag entre les piétons, entre les voitures, grillades de feu rouge, contresens dans les voies de bus : en fait à Marseille on roule encore plus fou en vélo qu'en voiture. Et les flics, qui le voient, s'en foutent !

Dorénavant, j'attends avec encore plus d'impatience les 70 km de pistes cyclables promis-juré-craché-pour-2008-par-Renaud-Muselier... 

12/06/2006

Raoul Duke, premier essai

Pour mettre en oeuvre mes bons conseils de journaliste-qui-prône-les-déplacements-en-transports-en-commun-et-en-vélo-roller-ou-
trottinette-parce-que-bon-on-peut-tout-de-même-pas-continuer-comme-ça, je me suis acheté un vieux VTT à la braderie organisée dimanche par le collectif Vélos en ville, avec marquage de sécurité et tout.

Reste à rouler avec. Ce matin, j'ai pas eu le courage de l'emmener pour partir en reportage : il y avait beaucoup de montées sur le chemin. En même temps, si je m'arrête à ce genre de détail, je vais pas souvent rouler dans Marseille...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu