Avertir le modérateur

18/09/2006

Virage à la tribune

Miracle des relations presse : , grâce à un opérateur historique en téléphonie fixe et mobile, je me suis trouvé invité dimanche soir tribune Jean Bouin pour OM-Bordeaux, alors que je ne suis vraiment, mais alors vraiment pas un footeux assidu.

Les quelques lignes ci-dessous sont donc sûrement des tartes à la crème pour n’importe quel sportif. Avis aux spécialistes : ne lisez pas cette note.

Ma dernière visite au Vélodrome remontait au test match France-Australie en rugby, en tribune de presse, toujours à Jean Bouin. Spontanément, je m’attendais donc à une ambiance tout à fait différente, le public de rugby étant généralement fair-play et bon enfant (selon mon expérience toulousaine).

Et effectivement, Jean Bouin lors d’un match de foot, c’est assez décalé : des mecs attifés en Gucci et Hugo Boss hurlent au juge de ligne de s’enfoncer son drapeau… mais, dans le même temps, se lèvent à peine sur « qui ne saute pas nest pas marseillais » alors que l’OM mène 2-0.

Bref un public à l’américaine, comme pour un vrai match de baseball, qui consomme beaucoup (prix des places, buvette, produits dérivés) sans faire chier le club.

Le contraste est saisissant avec les deux virages, qui gueulent, sautent et tifotent non-stop tout au long du match, quoi qu’il advienne. Tant et tant qu’on se dit qu’à ce niveau, être supporter doit être aussi crevant que de courir sur la pelouse parmi les joueurs.

Durant l’ère Bouchet, la direction générale de l’OM répétait en interne que les deux virages font partie de l’identité du club. Les tentatives pour les contrôler se sont révélées vaines, que ce soit sur la maîtrise de la billetterie ou l’utilisation de fumigènes dans les gradins (au moins une dizaine allumés hier).

Et le match, dans tout ça ? Belle victoire de l’OM 2-1, avec une défense qui était soit très technique et intraitable, soit complètement dans le vent. Plus une ouverture du score par un Micka Pagis en forme.

Repassant les ralentis du but, les écrans géants du Vélodrome mitraillait des logos Adidas aux quatres coins du stade. Manque de pot ce soir là, Pagis portait des Nike, tout comme Franck « Scarface » Ribéry.

Raoul Duke, docteur en PES 5 (deux étoiles)

PS : nouveau slogan pour la pub OM / Adidas dans le magazine du club :

« Plus que des joueurs, une Equipe
Plus qu’un stade, le Vélodrome
Plus que des supporters, un Peuple
Plus qu’une passion, une Religion
Plus qu’un maillot, une Seconde Peau
C’est ça l’OM ! »

On en reparlera après le mercato d’hiver.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu