Avertir le modérateur

17/11/2007

Camarade, ta décision est logique

On le sentait venir* depuis pas mal de temps, mais depuis jeudi c'est officiel : les élus communistes du conseil municipal de Marseille se rallient à Jean-Noël Guérini dès le premier tour. Qu'est-ce qui justifie cet acte politique majeur ? Des raisons avouables et inavouables, toutes très valables.

Officiellement, le groupe "communistes et partenaires" (parce qu'il y a pas mal d'ex-communistes dedans, notamment Annick Boët, ex-president du groupe et soutien de Bové aux présidentielles) se rallie au panache socialiste pour permettre "le plus large rassemblement à gauche" pour battre l'UMP.

Quand on voit les résultats des dernières élections à Marseille,  le rassemblement à gauche s'impose en effet : au premier tour de la présidentielle, les candidats de gauche additionés font 37% tout mouillés. Vu que le mode de scrutin à Marseille impose en plus de se battre sur huit circonscriptions à la fois, l'union semble indispensable.

Dans le même temps, l'union permet au PC d'éviter une très certaine déculottée** : à la présidentielle, Marie-George Buffet n'a recueilli que 2,6% des voix à Marseille. Le parti a fait un peu mieux aux législatives, tournant entre 4% et 6%***. Pas assez pour être sûr d'être remboursé de ses dépenses de campagne s'il décidait de se lancer seul. Enfin, il n'est jamais mauvais de faire plaisir au PS, sans le soutien duquel le PC ne peut plus gagner une élection (municipale, législative, sénatoriale) dans les Bouches-du-Rhône.

Au final, voici une décision de ralliement très rationnelle, certes dure à avaler pour l'honneur des communistes mais qui est dans l'intérêt de la gauche et du parti.

Dans le même temps, les Verts décident courageusement**** de se compter en partant seuls à la bataille au premier tour. Aller dans le mur en sachant pertinemment qu'on y va, ça a de la gueule.

 

Raoul Duke, master en science politique 

 

*Dès le lancement de l'annonce de la candidature de Guérini : ce jour-là, sur le plateau de France 3, à côté des socialistes marseillais, il y avait déjà Frédéric Dutoit, maire PC du 15-16. L'élu avait immédiatement intégré l'équipe de campagne du candidat socialiste. A la différence de Marianne Moukomel, des Verts, présente elle aussi à France  3, mais qui n'a pas franchi le pas.

 

**Comme celle qui s'annonce très certainement pour les Verts s'ils se présentent seuls au premier tour : cf leur 3,3% de voix aux dernières législatives.

 

***Dutoit mais à part, qui a atteint 19%, battu sur le fil par... un socialiste.

 

**** Par 23 voix contre 11 en assemblée générale des militants marseillais. 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu