Avertir le modérateur

23/05/2008

Qui a brisé le vase de Soisson ?

Le rassemblement des dockers et agents du port mardi a tourné à la baston avec les CRS*. A qui la faute ?

D'emblée, en début de manif, les forces de l'ordre interdisent aux grévistes de se poster devant la mairie. Pas question leur donner la possibilité de caillasser directement la façade si ça tourne mal.

On se jauge pendant deux bonnes heures. Quelques discussions entre flics et grévistes, quelques insultes ("tu essuyeras le con de ta femme avec !" lance tout de même un docker à un CRS qui décroche une banderole accrochée aux barrières anti-émeutes)...  Ca reste malgré tout bon enfant. Mais tout s'accélère quand la délégation syndicale sort de la mairie, et veut faire son rapport aux manifestants.

Les cinq-six élus CGT veulent parler depuis un des bancs ronds en métal installés devant la mairie. Les RG ne veulent pas. "Si on se met au milieu de tout le monde, on va pas nous voir", avance un syndicaliste. Bizarre : il suffirait pourtant de se jucher sur la cabine des quatre engins de chantier que les grévistes ont amené avec eux pour être parfaitement visible de la foule, sans lui faire franchir le cordon de CRS...  

Mais les syndicalistes persistent. Tout en appelant au calme dans un mégaphone, ils demandent aux grévistes de se rapprocher. Quelques dockers commencent à bousculer les flics pour tenter de passer. Ceux-ci les repoussent, et la baston démarre.  

Au final, après presque une heure d'émeute, Pascal Galéoté (CGT port) et Stéphane Stamatiou (CGT dockers) font le bilan : "Aujourd'hui ce sont des pères de famille qui ont manifesté. On est venu tranquillement, on a rien cassé, pas une voiture, pas une vitrine**. Le gouvernement tente de faire passer un message de fermeté. Nous on vient dialoguer, et on prend des lacrymos. Les portuaires sont pas des enfants de choeur, ce sont des hommes, des vrais. S'il faut le montrer, on hésitera pas."

Si on faisait du mauvais esprit, on dirait que nos vaillants portuaires venaient de le démontrer le matin même. Mais bon c'était pas le but de la manif...

 

Raoul Duke, apprenti streetfighter 

 

*Récit dans 20 Minutes, et dans LibéMarseille

**Ce qui est vrai, au demeurant. Une voiture de police municipale vandalisée dans le feu de l'action, mais aucun bien privé endommagé. 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu