Avertir le modérateur

21/08/2008

Le bonjour d’Albert

Quand j’ai dit à Starsky que j’avais enfin lu Albert Londres en profondeur et que c’est génial, elle a poussé le soupir de ceux qui l’ont toujours dit mais que l’on avait jusque-là pas assez écouté. En effet, au bout de dix ans de carte de presse, l’oubli était plus que coupable, presque criminel.

Car, campé au beau milieu des années folles, Londres est ce que le journalisme devrait toujours être, même s’il ne l’est quasiment* plus : une ode au long reportage et au vagabondage, où tout peut faire un bon papier. Un mois à Cayenne pour une critique assassine du bagne, six mois à sillonner l’Hexagone pour décortiquer son système psychiatrique, tout un tour de France dans la roue des cyclistes professionnels. Et à chaque fois un rédacteur en chef qui dit «allez-y ».

Dans plusieurs de ses articles, notamment Chez les fous quand il tente de se faire interner, ou dans Marseille, porte du Sud quand il part à la rencontre du grand chef du trafic d’opium, Londres développe en plus une forme de reportage déjanté qui préfigure étonnamment le gonzo-journalisme de Hunter S. Thompson : le reporter devient personnage et acteur principal de l’article, on ne sait plus où est la réalité et où est la fiction, le tout lié par un solide sens de l’humour.

Pour ceux qui voudraient se frotter au maître, la BMVR dispose de pas moins de 25 exemplaire de ses œuvres. Pour ceux qui trouveraient rayonnage vide (notamment suite à mes emprunts), Au Bagne, une des plus grandes œuvres de Londres, est disponible ici au format pdf.

Raoul Duke, docteur en journalisme


*A part quelques magazines de grand reportage comme le New Yorker ou XXI

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu