Avertir le modérateur

14/09/2008

Trop rare

Tagué sur un 4x3 sans affiche, à l'angle square Sébastopol - rue Monte Cristo :

"Je n'ai rien à vendre"

I see, a reflection

Mouhâhaha ! Un journaliste de 20 Minutes s'est glissé dans une photo de La Marseillaise du 13 septembre. Sauras-tu le découvrir ?

13/09/2008

On aurait pu dire, oh Dieu, bien des choses en somme en variant le ton

Dès qu'un journaliste de 20 Minutes est en société (reportage, conférence de presse, réunion de famille, soirée), il sait qu'il va être confronté à cette sempiternelle conversation :

-Et vous/tu travailles dans quel journal ?

-20 Minutes !

-Ah bon ?! Ils ont des journalistes ?! Je pensais que c'était juste des dépêches AFP !

A ce stade, plusieurs options s'offrent à nous. Par exemple tenez :

Logique

-Effectivement, je ne suis pas là. Je suis transparent, je suis concept.

Classique

-Ben non tu sais tous les journaux utilisent l'AFP. Nous on fait le plus gros des articles avec nos propres infos, et pour le reste on utilise l'AFP.

Cynique

-Ah ben oui mais tu sais faut quand même bien quelqu'un pour les sélectionner et les mettre en page les dépêches, ha ha !

Belliqueux (jetant un Perrier-citron à la figure du fat)

-Monsieur, je choisis l'épée ! Sept heures trente demain sur le pré, amenez vos témoins !

Pratique

-Merde ! Grillé... Ecoute, ça peut rester entre nous ? Sinon j'ai aucune chance de conclure ce soir...

Certaine de ces options ont déjà été testées. Malheureusement, si elles ont le mérite de remettre le maladroit à sa place, elles plombent quelque peu l'ambiance.

 

Raoul Duke, master 3 Bergerac

 

12/09/2008

Au temps pour la fancy-fair

On le craignait, et Dro Kilndjan, programmateur du festival , l'a confirmé : il n'y aura pas d'auto-tamponneuses pour la dixième édition de Marsatac. "On a encore plus de chapiteaux, on n'a plus assez de place", explique Dro. Dommage : en 2006, les auto avaient eu un très vif succès pour aider les spectateurs à patienter entre deux concerts.

En revanche, Marsatac a fait un gros travail pour améliorer encore le son : "On a travaillé à la fois sur la sono et la distance entre les scènes, détaille Dro. Mais c'est difficile parce qu'on joue sous chapiteaux, ouverts en plus vers le plein air."

Tout semble fin prêt pour la dixième édition. La onzième, en revanche, ne sait toujours pas où elle va loger l'an prochain. On croise les doigts pour les plages du Prado : après tout, on y a bien mis la coupe du monde de beach soccer.

 

Pourquoi tant d'encre ?

Rencontre jeudi matin avec l'avocate de Fatna, mère adoptive du petit Mohamed. Me Picard-Dabée estime que cette affaire "relève d'un grand concours de circonstances" qui aurait pris des proportions démesurées. La thèse peut étonner, elle n'en est pas moins fondée.

Primo, il faut se rappeler de la chronologie de l'affaire : le petit garçon est retrouvé errant tout seul le 5 août, période à laquelle il y a peu ou pas d'actu nationale. Condition sine qua non, à mon sens, pour que cette histoire ait un énorme retentissement.

front-34-image-251672.jpeg

 

Deuxio, les thèse envisagées par la presse : quand on apprend que Mohamed n'est pas le fils biologique de Fatna, tout le monde pense à une adoption réalisée uniquement pour toucher plus d'allocs.

La question se pose -le parquet l'a creusée- mais si elle s'était vérifiée, aurait-ce  pour autant été l'affaire du siècle ? Loin de là, au regard de l'éventuel péjudice pour la CAF.

La police a démantelé l'an dernier en Paca des réseaux de faux allocataires, dans des hôtels meublés ou au sein d'entreprises, une dizaine d'affaires pour un montant total dépassant 1,5 million d'euros. Rien à voir avec les alloc versées pour un enfant de deux ans.

Harcelé de questions sur le petit Mohamed, le parquet finit par faire une conférence de presse. Le procureur Jacques Dallest traîne les pieds : "Vous avez pas mieux à faire ? Il y a pas d'autres choses dans l'actualité ?" lance-t-il, moitié-sérieux, moitié-plaisantant, aux journalistes en arrivant dans la bibliothèque-salle de presse du tribunal.

Tout au long de la conf', le procureur martèle qu'il reste beaucoup de zones d'ombre. "La difficulté, c'est de ne pas surdramatiser", tempère-t-il. En sortant, plusieurs confrères sont déçus. "Ca se dégonfle, cette affaire."

article_photo_1220704036728-1-0.jpg

Tertio, le choc des photos. Comparons les deux images actuellement disponibles du petit Mohamed. La première, la plus connue, a été prise quand sa mère était encore recherchée. On voit Mohamed pleurant, hurlant, le visage tordu de tristesse. Depuis vendredi, une nouvelle photo est disponible, fournie par Fatna. Lisez un même article après avoir vu une photo, puis l'autre, l'effet est saisissant.

Au final, on a effectivement une affaire qui a pris plus d'importance qu'elle ne devrait en avoir. Parce qu'une mère qui aurait adopté un enfant juste pour toucher des allocs, c'est plus romanesque, plus illustrable, plus émotionnel, que des fraudes à grande échelle commises par des comptables dans des entreprises.

Nous autres journalistes (moi compris) sommes en train de tuer notre métier en cherchant toujours l'histoire la plus simple et la plus directe. Le goût des lecteurs pour ce genre d'histoire est complice du meurtre.

 

Raoul Duke, apprenti Détective

 

(Photos AFP)

11/09/2008

Us et coutumes

Passé déjeuner avec nous, notre pigiste Laurent accroche du regard mon bureau :

-Tu t'es pas fait engueuler pour le bordel ?

-Oui mais tu sais à force c'est plus un rituel qu'autre chose, elle sait que malheureusement ça reste comme ça

-Ben voyons !

Quelques heures plus tard, un incident venait une fois de plus donner raison à Starsky. Cherchant vainement dans notre doc' le dossier "Plus Belle la Vie", je le retrouvai au bout d'un quart d'heure, sur mon bureau, enfoui sous 5cm de papiers.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu