Avertir le modérateur

29/08/2006

Poney express

Revenant d'Aix en pleine heure de pointe et devant rendre mon papier à 18h30, j'ai tenté un truc chanmé : laisser ma voiture chez moi et finir le trajet en vélo pour zapper les embouteillages du Vieux-Port.

Besace bourrées de notes en bandoulière, zigzaguant entre les piétons à toute vitesse, cela avait fière allure : le style facteur du far-west qui saute d'une monture à l'autre sans même s'arrêter.

Las, si le stratagème m'a fait faire Aix (hôpital Montperrin) - Marseille (rédaction 20 Minutes) en 45' chrono, il ne m'a pas donné plus d'inspiration pour résumer en un feuillet la polémique sur les avis psychiatriques dans les prisons.

Résultat de la course : papier rendu avec quarante-cinq minutes de retard.

 

28/08/2006

Take me to your leader

Petit mot énigmatique laissé par Starsky sur mon écran après qu'elle a rangé le bureau :

 

medium_IMG_9474.jpg

 

Pendant ce temps, sur le bureau de Hutch....

... la vie et le bordel ont repris leurs droits.

medium_IMG_9475.JPG

 

Oh les beaux jours !

Redde Caesari que sunt Caesari : le rangement de la doc dans la salle de rédaction (quatre bureaux !) copyright Starsky, été 2006 (avec Mr Starsky, jeune marié et jeune enseignant, sur la gauche).

medium_IMG_9472.JPG
 
Total respect aussi pour notre salle d'archives (notez la bombe fumigène anti-mites vide, au pied de l'armoire) :
 
medium_IMG_9473.2.JPG
 

 

Pipeau or not pipeau ?

Nouveau rebondissement dans le feuilleton Ribéry : l'OM a sorti vendredi un communiqué dans lequel notre ami dément avoir donné une interview à France Football, qui fait pourtant sa une et trois pages sur le gaillard. 

Trois jours après la gueulante de l'OM, toujours pas de réaction officielle de France Football

27/08/2006

Question philosophique

Vu le temps passé à :

-décadenasser le vélo

-éviter les voitures

-éviter les travaux

-éviter les montées trop raides

-éviter les piétons

-se prendre le mistral en pleine poire

-cadenasser le vélo

Ne vaut-il pas  mieux pas, à Marseille, circuler en roller si on veut aller vite, sportivement, sans se prendre la tête et en pouvant rouler sur les trottoirs ?

Enfin c'est une question pour ceux qui arrivent à tenir plus de 30'' sur des rollers, étant entendu que je ne fais pas partie de cette mystérieuse tribu...

Entre deux promesses sur les 80km de pistes cyclables, Renaud Muselier s'y était essayé l'an dernier et s'était retrouvé dans le plâtre. Lui, au moins, en a tiré toutes les conséquences : il roule en Harley.

Raoul Duke, docteur en pot belge 

C'est bon pour le moral

A toi qui pense que communiste = CGT : écoute cette bien belle histoire.

Vendredi, Jean-Marc Coppola, élu coco et président du comité régional de tourisme Paca, se félicite de l'arrivée massive des compagnies aériennes low-cost sur Marseille. "Ça améliore l'accessibilité de la région" pour les touristes européens.

Rappelons donc que depuis le début de l'année, la CGT ne décolère pas contre l'arrivée de ces mêmes low-cost, "qui font du dumping social" en se plaçant sous l'égide du droit du travail britannique.

Exemple, si besoin était, que la politique, l'économie, le social, tout ça, c'est jamais tout noir ni tout blanc. Maître Obi-Wan Kenobi l'avait bien dit :  "only a Sith deals in absolutes".

23/08/2006

Déplacement de population

Seize mites abattues depuis que Starsky a rangé les archives. Pour tenter d'éradiquer le nid de résistance, bombe fumigène ce soir dans la remise.

Gardons notre calme et toute cette sorte de choses

Déclaration de Jean-Claude Gaudin à propos du Rainbow Warrior :

"Il n'y a aucune agressivité contre Greenpeace".

Sûr que c'est pas le ferry-boîte municipal qui est allé bloquer le Rainbow Warrior au large de Marseille... Mais c'est tout de même la communauté urbaine, présidée par le même Gaudin Jean-Claude, qui lui a refusé administrativement l'accès au Vieux-Port.

Sans pour autant demander l'évacuation dudit port, bloqué par les thoniers. La communauté urbaine ou l'art de t'envoyer paître, sans agressivité.

Une noble cause

Les nationalistes corses pleurent les deux pauvres artificers morts alors qu'ils allaient très probablement plastiquer des hélico bombardiers d'eau pour une minable histoire de marché public attribué à un autre

CORSE-ATTENTATS-NATIONALISTES-DÉCÈS - 22/08/2006 17h37 GMT - AFP

Des organisations nationalistes déplorent la mort des poseurs de bombes

AJACCIO, 22 août 2006 (AFP) - Des organisations nationalistes ont déploré mardi, dans des communiqués distincts, la mort de deux hommes déchiquetés par l'explosion de la bombe qu'ils transportaient près de Corte (Haute-Corse), non loin d'une base d'hélicoptères bombardiers d'eau.

Le petit parti politique indépendantiste Fronte Populare "s'incline avec émotion devant la disparition tragique de deux nationalistes" tandis que le Syndicat des travailleurs corse (STC, premier syndicat dans le privé sur l'île) déplore "la mort (venue) frapper deux jeunes Corses qui avaient vraisemblablement choisi la lutte armée pour défendre leur idéal politique".

De son côté, la formation politique indépendantiste Rinnovu "s'incline face aux conséquences tragiques du drame de Corte" et estime que si "de jeunes militants cherchent la voie difficile de la révolte" c'est "tout simplement parce que les conditions politiques et sociales ne changent pas".
Interrogée par l'AFP, Corsica Nazione Indipendente ( qui compte des élus à l'Assemblée de Corse) a indiqué qu'elle ne s'exprimerait pas avant les obsèques des victimes, dont la date n'a pas été fixée.

slu-sla/ban/DS

Devinette : où peut-on être un vrai nationaliste et aller plastiquer des appareils censés protéger des incendies la nature et les habitants  ?

21/08/2006

Ces entreprises qui prennent des risques

Quand la SNCM a été privatisée, Butler et Véolia ont obtenu de l'Etat 181 millions d'euros pour recapitaliser l'entreprise et apurer ses dettes. Et si la SNCM ne remporte pas l'appel d'offres pour la Corse, ils ont le droit de se retirer et de laisser l'Etat dans sa merde. Enfin des vraies entreprises qui se battent avec leur seule détermination sur le champ de bataille de la concurrence !

La réalité crue

Cinq mites depuis ce matin. Elles n'ont pas attendu septembre, elles sont de retour !!! 

20/08/2006

Met smaak

Pendant que les salariés du Mc Do Blancarde sont en grève, Quick Belgique fait porter à ses caissiers un T-Shirt "Avec Quick, mon job d'été, j'y prends goût !".

Devoir de vacances

Réflexion du VRAI Raoul Duke, alias Hunter S. Thompson, dans son livre-reportage Hell's Angels*

 "Le Times [New York Times, un des deux quotidiens de référénce aux Etats-Unis, avec le Washington Post] n'est ni écrit ni publié par des imbéciles. Il suffit d'avoir bossé plus de deux mois dans un journal pour savoir que l'histoire la plus délirante peut faire un papier sensationnel, avec un minimum de précautions techniques évitant au journal tout procès en diffamation en lui garantissant pourtant simultanément tout l'impact souhaité sur le lecteur.

"Cette technique s'appuie sur quelques mots-clés, dont "présumé" est le principal, et quelques expressions astucieuses, à savoir : "untel a déclaré" ou "prétendu", "on rapporte" et "selon les dires de... "

[...]

"Résultat : un papier bâclé à l'emporte-pièce, journalisme sensationnaliste, minable boulot de pisse-copie qui n'aurait pas suscité le moindre intérêt s'il n'était paru dans la plupart des journaux américains... Seulement, tout ce que publie le Times est assuré d'un impact garanti sur mesure, même si c'est faux en substance.

"Et avec cet article, le Times a donné un cachet d'authenticité à une histoire n'étant rien de plus qu'une anecdote délirante utilisée à des fins politiques". 

Exercice : remplace dans ce texte tout les mots "Times" par des noms de grands quotidiens français.

*Hunter S. Thompson, Hell's Angels, éd 10-18 

Coup du chapeau

A tous ceux qui, comme moi, penseraient que le foot ne peut pas aussi être une discipline intellectuelle : cette analyse de Jérôme Leroy, 31 ans, milieu offensif de Sochaux, sur un des basiques du foot, l'appel de balle (dans Libération du 19-20/8/2006). 

"En fait, je crois qu'il faut pratiquer ce sport pour apprécier les déplacements sans ballon. Ça ne s'apprend pas, ça ne se voit pas toujours ­ en tout cas, pas à la télé, qui restreint le champ de vision ­, ça se sent. Et c'est un peu tout le truc. Le déplacement sans ballon amène la passe, donc le jeu.

"Mais voilà : vous avez beau vous déplacer, vous ne recevrez pas le ballon dans la majorité des cas. Un attaquant fait 50 à 60 appels de balle par match. Tout ça pour une demi-douzaine de reçus ! Sauf que ses appels profiteront aux autres : en attirant un défenseur, il facilite la vie d'un coéquipier ­ qui fait son appel à lui ­, parce qu'il libère un espace".

"Le jeu sans ballon, c'est une affaire de sacrifice. Le baromètre de l'état d'esprit du joueur. On le fait si on veut faire du bien aux partenaires. Il y a aussi un effet d'entraînement : «Si le mec le fait pour moi, il faut que je le fasse pour lui.» Les équipes qui marchent sont celles où on voit ça. Les supporteurs viennent voir leur équipe gagner, ils se fichent de savoir comment les mecs bougent. Je trouve ça dommage.
 
"Celui qui se déplace peut faire son appel pour ne pas toucher le ballon tout de suite, mais se retrouvera dans le circuit à un moment donné. C'est comme aux échecs : on peut voir deux, trois coups à l'avance. Là, il faut un don. Le déplacement, c'est un langage implicite. Par exemple : si le coéquipier qui se trouve devant moi est statique, je peux choisir d'aller sur lui pour lui amener le défenseur qui me surveille (sourire chafouin). Comme ça, il ne risque pas de recevoir le ballon, puisqu'il a deux défenseurs ­ le sien et le mien ­ sur lui. Le fait qu'il soit statique n'échappera à personne. Et il bougera le coup d'après.»

Quand ce mec sera à la retraite, prions pour qu'il soit embauché comme consultant sur TF1, France 2 ou M6 ! Il a une belle gueule télégénique à la Zidane, tous les espoirs sont donc permis.

 

Intersaison

Jérôme, notre commercial à 20 Minutes Marseille, avait amorcé notre bombe fumigène anti-mites avant de partir en vacances. Starsky, en déménageant les armoires, avait tout passé à l'insecticide avant de détruire de ses mains les nids logés derrières les cartons...

Ce matin, sur le piège tout neuf à peine vieux d'une semaine, aucune mite collée. L'espoir renaissait.

Et puis m'est revenu à l'esprit l'avertissement d'une source qui m'avait dit "te fais pas trop d'illusion mon gars. La saison des mites, c'est de septembre à mars. C't'à c'moment là qu'tu verras si ton truc est efficace".

Wait and see me dis-je donc. J'ai aperçu une petite mite voltigeant au-dessus du bureau de Sandrine. On a pris un bon départ, mais on est pas encore au bout de la course. 

Reprise du championnat

Ils sont de retour, et ils sont contents ! 

Pendant ces courtes vacances, Starsky :

-a atteint le niveau "Sudoku expert" au bord d'une piscine en Croatie

-a "mis sa race" (sic) au bordel régnant dans la rédaction, transbahutant toute seule trois armoires depuis la remise vers le bureau

-pris un cours d'aérobic, sans donner suite. Il existerait cependant une vidéo de l'évènement.

 Pour sa part, Hutch :

-a arpenté 15 jours durant les plages marseillaises sans prendre un seul coup de soleil

-a plongé avec délectation dans une soirée fort arrosée à Bruxelles, au milieu de 30 personnes qui n'ont allumé AUCUNE cigarette, et ce jusqu'au bout de la nuit

-s'est acheté plein d'étagères pour enfin ranger son bordel, mais dans son appartement.  

 

20/07/2006

Yé yé, les copains, c'est demain qu'on s'fait la malleuh

Adieu veaux, mites, cochons et tout le reste ! 20 Minutes Marseille part ce soir en vacances bien méritées pour un mois. Ce blog risque donc d'être un peu délaissé jusqu'au 20 août, jour de la reprise. Sus aux tongs et aux serviettes de plages !

Raoul Duke, docteur en farniente 

16/07/2006

Le dimanche, à Bamako, c'est le jour,

Après plus d'un an d'intense préparation, Starsky a enfin célébré son mariage ! Première mi-temps vendredi dernier à la mairie de Bagatelle, deuxième mi-temps une semaine plus tard, en pleine fête nationale, d'abord à l'église arménienne du Prado (où l'on sua à grosses gouttes) puis dans une splendide propriété près de Coudoux (où l'on bu à grosses gouttes).

Famille et amis de Starsky ont sorti la grosse artillerie à grands renforts de clips vidéos à mourrir de rire. Les journaleux marseillais, comme à leur habitude, n'ont pas assuré un cachou et ont monté en catastrophe un karaoké géant (avec Sandrine en chef de choeur et Hutch en Monsieur Loyal), plus une magnifique "une" commémorative (le_dimanche_a_bamako.pdf) et dédicacée.

A la débauche en revanche, ils ont plié tout le monde puisque non contents de boire du champagne dans la piscine comme des rappeurs californiens, les journaleux marseillais ont déhanché leurs corps jusqu'à 6' du mat', heure à laquelle le soleil a décidé de se lever et le DJ d'opérer une prudente retraite.

Next up : les 30 ans d'un des rédacteurs de 20 Minutes Marseille... 

Raoul Duke, docteur en grands rendez-vous 

18:40 Publié dans Copinages | Lien permanent | Commentaires (8)

12/07/2006

Droit du sol

Une info qui m'avait frappé, mais que j'avais oublié de citer dans le papier sur le lancement de la Grande Mosquée : d'après la mairie, il y a de plus en plus de musulmans marseillais qui souhaitent être enterrés ici plutôt qu'au pays. Si ça c'est pas un signe d'attachement à la France...

Selon les chiffres municipaux, on en est encore à 80% de corps rapatriés, mais les carrés musulmans n'arrêtent pas de s'agrandir dans les cimetières marseillais : déjà 800 concessions existantes, et 450 à venir dans les deux prochaines années. Et il y a pourtant des élus UMP qui disent encore "la France, aimez-la ou quittez-la".

11/07/2006

Trois francs Zizou

Derrière l'homme-qui-a-mené-la-France-en-finale-pi-qui-a-mis-un-coup-de-boule -à-ce-salaud-de-Materazzi, il y a un agent de joueur qui s'appelle Alain Migliaccio. Miglaccio, qui a comparu dans le procès des transferts suspects de l'OM en 1997, et qui a été longuement cité cette année lors du second procès des transferts de l'OM au sujet de la prime de départ frauduleusement versée à un autre des ses joueurs, le président Laurent Blanc. Comme le temps passe...

Tu l'as dit, Danielle !

Percutante analyse de Danielle Servant, adjointe (UMP)au logement à la mairie de Marseille : "aujourd'hui, on peut dire que le logement est un enjeu crucial à Marseille".

Avec 20 000 demandes de HLM en attente sur l'agglo, on peut le dire effectivement. 

La liberté des profs s'arrête où commence celle du ministre

Présentation des grands chantiers de l'éducation nationale, ce matin, au rectorat de l'académie d'Aix-Marseille. On reparle de l'apprentissage de la lecture et de l'abandon de la méthode globale.

Le dossier de presse précise : "l'objectif de la réforme, dans le respect de la liberté pédagogique des enseignants, est de rendre obligatoire l'abandon de la méthode globale".

Pendant ce temps, à OK Corral

medium_IMG_1678.jpg

 

Alors que l'Inde est à feu et à sang, que l'Irak est englué dans la guerre civile et que Israéliens et Palestiniens s'entretuent à Gaza, je pars en reportage au parc d'attractions OK Corral pour les page "été" de 20 Minutes Marseille. Après un an passé à couvrir les sans-papiers, les plans sociaux, les mal-logés, on a un peu le droit à s'aérer les neurones coco mais, tout de même, je me sens coupable...

(Photo Grégoire Bernardi) 

Tous les Marseillais en voient leur vie chamboulée

Réaction de Jean-Claude Gaudin après la finale perdue contre l'Italie (le dernier paragraphe) : 

"Mes derniers mots iront à tous les Marseillais, et particulièrement aux 7 000 spectateurs qui ont suivi le match sur le grand écran du Vieux Port : jusqu'à la dernière minute, nous avons cru en la victoire, ils nous ont fait vibrer jusqu'au bout !"

04/07/2006

Tous à vos masques !

Cette fois y en a marre. Partant du fait que notre documentation commence à être rangée, que nous allons bientôt être partis pour un mois de vacances et que nos nouveaux pièges posés lundi ont déjà collé près de dix mites chacun, 20 Minutes Marseille a investi dans la bombe fumigène insecticide, modèle répertorié sur le site de l'autorité canadienne de contrôle de la radioactivité.

Pose de la mine dans la dernière semaine de juillet. Rira bien qui rira le dernier ! 

Savoir entendre des choses désagréables

Sortie d'une conférence de presse, on discute avec plusieurs confrères et deux élus PS marseillais. On leur demande pourquoi ils ne font pas déjà des propositions de programme pour les municipales, puisque visiblement ils ont déjà un peu réfléchi à la question. Réponse : "il faut qu'on discute avec les syndicats, les associations, les citoyens avant. Sinon ça va être un programme élaboré à quatre dans un bureau". Pas faux...

Autre explication, avancée quelques semaines auparavant  par un militant PS, un des "techniciens" qui travaille dans l'ombre des élus : "il y a certaines choses qu'on sait qu'il va falloir faire, mais qu'on ne peut pas dire, parce que ce sont des chiffons rouges électoraux". Pas faux non plus.

Régulièrement, à droite comme à gauche, on entend des hommes politiques nous dire en off "oui ça il faudrait le faire ou le dire, mais les électeurs ne peuvent pas l'entendre". Dans tout les domaines : les transports, les impôts, les déchets, j'en passe.

Dans ces moments-là, paradoxalement (?) je ressens beaucoup d'empathie pour les hommes politiques. Comment leur en vouloir ? Les citoyens veulent circuler facilement en ville, mais menacent dès qu'on commence à verbaliser les stationnements non payés. Pour pouvoir appliquer une politique, il faut d'abord se faire élire.

Reste ensuite à "bien trahir" ses électeurs, pour faire prévaloir l'intérêt général. Et ça, peu y arrivent. Un p'tit coup de mandat non-renouvelable, peut-être ?

Raoul Duke, docteur en politique politicienne 

Montée des marches

Notre chère LN est enfin venue nous voir avant de partir en vacances ! Flo, avec son ton caustique, vous raconte l'épopée

02/07/2006

Grandes pattes

Assemblée plénière de la communauté urbaine de Marseille (CUM-MPM), lundi dernier. Pour étendre mes guibolles, je me suis comme d'habitude assis sur une chaise au fond, en retrait de la tribune presse. Cette fois je me retrouve à côté des plusieurs hauts fonctionnaires, chefs de services.  

Alors que les élus discutent de la part de la RTM (17%) dans le budget de fonctionnement de MPM, un des boss tape dans les côtes de son voisin : "la RTM, faudrait en faire un budget annexe (comme les pompes funèbres, ndlr) mouhahaha ! On verrait que c'est un tonneau des Danaïdes !". 

"Incroyable ! N'importe quoi!" s'indignent les deux mêmes, un plus tard, alors que Frédéric Dutoit (PC) critique -à tort- l'absence d'objectifs sur le le logement étudiant dans le programme local de l'habitat.

En revanche, quand le même Dutoit tacle la mairie de Marseille "qui conforte les prix élevés des promoteurs avec son chèque premier logement*", les chefs de service regardent leurs chaussures en silence... 

 

(*La mairie intervient auprès des banques pour aider un ménage à acheter son premier appart') 

J'ai fait un rêve

Parce que ouais dans l'journalisme, il nous arrive de rêver, coco. J'ai fait un rêve où on recevrai les dossier de presse AVANT les conférences de presse, pour pouvoir prendre le temps de les étudier en détail et poser des questions encore plus pertinentes (si tant est qu'elles le fussent jusque-là).

Et puis j'ai aussi révé d'un monde où on aurait le temps de faire des VRAIES pré-enquêtes avant de lancer un sujet, où l'on pourrait dire à not' réd-chef "je pars enquêter une semaine j suis p'têt sur kék' chose mais je suis pas sûr que ça va déboucher sur un papier". Puis un monde où y aurait pu la guerre, non plus...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu