Avertir le modérateur

30/01/2007

Quand j'entends le mot éthique, je sors mon revolver

Faut-il s'offusquer que certains journalistes tutoient Muselier ? Ou faut-il s'offusquer que nous tutoyons tous certains hommes politiques, mais que ce sont rarement les mêmes ? 

Echantillon, pas gratuit

Renaud Muselier, premier adjoint au maire de Marseille, hier : "Je veux faire d'Euroméditerranée l'appartement-témoin de la métropole marseillaise. (...) L'enjeu, c'est de réserver des espaces pour les grands projets métropolitains et développer ce qu'il faut pour les accueillir : de l'hôtellerie, des palais des congrès, des centres d'affaires, des cabinets d'avocats". 

Bilan établi par Euroméditerranée sur la période 1996-2006 : 300 millions d'euros publics investis, qui ont générés  1 milliard d'investissements privés.

Objectifs pour l'ensemble de l'opération : créer 600 000 m2 de bureaux neufs, 400 000m2 de nouveaux logements, 200 000 m2 d'hôtels, commerces et espaces publics.

Frédéric Flamand, directeur du ballet de Marseille et féru d'architecture, parle de la Joliette comme d'un "quartier à l'américaine". Un bien ou un mal, mais on y va tout droit...

 

Raoul Duke, docteur en urbanisme 

Piqûre-soudure

Renaud Muselier répète à longueur d'interviews que la majorité UMP* Muselier-Gaudin de Marseille est "soudée", ça n'empêche pas petites piques et vacheries, surtout du maire vers son premier adjoint.

Dernière en date, lors des voeux à la presse : Jean-Claude a exigé que la cérémonie se déroule à l'espace Bargemon plutôt qu'au dépôt de tramway Saint-Pierre, ce qui aurait fait trop de pub à Muzo, responsable du projet tramway.

Au cours de ces mêmes voeux, le maire en a rajouté une couche en soulignant qu'à Euroméditerranée, grand projet de Muzo, "Ce n'est pas le président (Muselier, ndlr) qui a le vrai pouvoir, c'est le directeur général, nommé par le gouvernement". 

Le tandem Muselier-Gaudin comptant se représenter aux prochaines municipales, il est possible qu'on ait ça encore pendant six ans parce que la fidélité en politique, c'est important. 

 

Raoul Duke, docteur en journalisme 

 

*ex RPR-UDF

27/01/2007

Spectacteur

Surprise : plus de 50 ans après l'appel de l'abbé Pierre, la misère n'a pas disparu de France. Mais il y a tous ces gens, vendredi, venus témoigner combien l'aide d'Emmaüs leur a sauvé la vie...

Alors coco, qu'est-ce qui est mieux pour la société : décrire la réalité en tant que journaliste, en espérant éveiller les consciences, ou se retrousser ses manches et agir en militant, même si c'est à une petite échelle ? 

"La meilleure manière de ne pas gâcher sa vie est de prendre des notes. La manière la plus facile d'éviter de vivre est simplement d'être spectateur. A chercher les détails. A faire des rapports. Ne pas participer. Laisser Big Brother chanter et danser à votre place. Etre reporter. Etre un témoin fiable." 

Chuck Palahniuk, Berceuse

Les Pacaliens ont du talent

Après Anaïs, voilà les petits derniers sélectionnés pour représenter Paca au printemps de Bourges : Narrow Terence, subtil mélange de folk et d'indie, qu'on dirait du Nick Cave mais moins gothique.

Organisatrice des pré-sélections, l'Union des diffuseurs de création musicale (UDCM) s'enorgueillit de voir les artistes de Paca casser la baraque. Un de ses responsables nous expliquait l'an dernier que, deux ans durant, les responsables de Bourges avaient été bien emmerdés : ils auraient voulu prendre plusieurs artistes de Paca à la fois mais le règlement n'autorise qu'une "découverte" par région !

 

Raoul Duke,  apprenti rock-star

26/01/2007

Vision sélective

Cri du coeur de Sandrine, hier :

"Putain, ton bureau il est super propre Fred ! Non sérieusement, de ma vie, enfin du jour où on a installé les bureaux, je l’ai jamais vu comme ça !"

De fait, pour la première fois en trois ans, les deux tiers de mon bureaux sont vierges de tout papier.

Explication du miracle : j’ai jeté (un peu), expédié certains dossiers dans la remise (pas mal) et redispatché (beaucoup) sur les piles "moins visibles", situées à droite de mon ordi et derrière mon bureau. On est pas encore tirés d'affaire.

 

Raoul Duke, docteur en camouflage

Classiques

Parmi les "classiques" que Jean-Claude nous a sortis lors de ses voeux à la presse :

 -"Je suis hospitalisé quelques jours, une infirmière vient me faire la piqûre et elle me dit "Vous serez traité comme les autres". Alors je lui répond "Merci de m'avoir reconnu"

 -"Quand on a crée la communauté urbaine et qu'il a fallu lui transférer du matériel, les communes, elles ne nous ont pas donné leurs Bentley."

 -"Je suis président de l'assistance publique de Marseille et j'apprends par la télévision l'opération des deux bébés siamois !"  

 -"Sous de Gaulle, Gaston Defferre a refusé de créer une communauté urbaine à Marseille pour ne pas avoir à composer avec des maires gaullistes ou communistes."

 -"Quand nous avons créé la communauté urbaine, nous avons élargi le système de tickets restaurants à l'ensemble des employés municipaux des 18 communes." 
   

 

Impros

Vachement en retard, mais bon : copyright Jean-Claude Gaudin, voeux à la presse 2007 :

« Marseille n'est pas une ville de droite ou de gauche. Elle est populaire »

 « Je ne crains rien, je peux tout faire, même officier pour des mariages dans Plus Belle la Vie »

« A Ribéry, je lui ai expliqué qui était le duc de Guise »
 
« J'ai pas l'oeil rivé sur le calendrier électoral en permanence. Eivdemment que je l'ai un peu, je suis pas plus vertueux qu'un autre » 

« L'UMP n'est pas un parti unique ou monolithique »
 
« Chirac m'a invité à venir avec lui lors des obsèques du pape. Il savait que ça me faisait plaisir »
 
« Les communistes de Marseille, s'il pouvaient me crucifier, ils le feraient sans hésiter »

23/01/2007

Tous au maquis !

Commentaire mesuré de Guy Teissier, député-maire (UMP) des 9e et 10e arrondissements, après le décès de l'abbé Pierre : 

"Il était la clef de voûte de notre République".

Depuis lundi 5h30 donc, la République s'est effondrée et nous sommes en dictature. A quoi ça tient...

Justement...

Diagnostic de Jacques Pfister, président de la chambre de commerce de Marseille, à propos de la candidature de la ville pour être capitale européenne de la culture :

"Il y a matière à faire quelque chose de bien ou quelque chose de nul." 

21/01/2007

Une nuit, à Marseille

Une nuit normale pour le parquet de Marseille, en termes de statistiques, c'est 40 à 45 personnes arrêtées et 30 placées en garde à vue, 31 procédures de police - gendarmerie dont :  

-13 à 15 concernent la sécurité routière

-6 vols (vols de véhicules, vols avec violence, cambriolages) 

- 5 à 6 agressions, dont 70% intra-familiales ou dirigées contres des institutions (forces de l'ordre, transports en commun, pompiers, médecins)

-2 étrangers en situation irrégulière

-3 à 4 vendeurs-consommateurs de shit

-1 port d'arme, souvent un couteau

-3 à 4 fugues, décès etc.

-4 à 6 incendies de voitures ou de poubelles.

Bilan établi en 2006 sur le ressort du tribunal de Marseille (21 communes, 980 000 habitants), moyenne sur 100 nuits. 

Vivement l'été !

On va enfin pouvoir rouler en vélo dans Marseille : notre ville redevient étape du tour de France pour l'édition 2007.

Route de nuit

Véronique Nahoum-Grappe, sociologue, chercheuse à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), interviewée par Libération le 30 décembre dernier :

"Le seul moyen pour le sociologue, le sondeur, le journaliste, d'avoir accès à des informations un peu complètes est d'accepter de refaire plusieurs fois le même entretien, le jour et la nuit. On ne présente pas sa vie de la même façon à 10h du matin et après le dîner. Je suis toujours surprise que la vesrion nocturne des propos, lorsque les défenses tombent, manque."

Comme le temps passe

C'était en mars 2006, à la veille du procès des transferts suspects de l'OM, dans lequel Robert Louis-Dreyfus allait écoper de trois ans de prison avec sursis pour abus de biens sociaux. Communiqué du club :

« Quoi qu’il arrive à l’issue du procès, Robert Louis-Dreyfus maintiendra son implication dans l'OM ».

Le journalisme, ça eût payé

Bwâ ha ha ! Une pigiste de 20 Minutes se cache dans La Provence du 20 janvier, édition Marseille. 

19/01/2007

En sandwich

Diagnostic (lucide?) de Christian Frémont, préfet de Paca, lors de ses voeux aux journalistes  : 

"La presse est toujours dans une position difficile, entre les politiques qui ont l'arme des budgets publiciaitaires et le lecteur qui voudrait toujours plus de faits divers et de foot. Alors que vous savez que personnellement je préfèrerais qu'on parle plus d'économie".

L'Etat c'est lui

Copyright Christian Frémont, préfet de Paca, 2007 :

"Je le répète souvent aux syndicats et ça semble parfois les surprendre mais il n'y a aucune loi en France qui  empêche une usine de fermer"

"Moi-même, je n'ai pas compris ce qui s'est passé hier lors de la réunion sur Plan-de-Campagne"

"En matière d'archaïsme des relations sociales, nous avons quelques beaux exemples ici en Paca".

"Marseille a toutes les obligations d'une ville-centre sans en avoir les richesses."

"La création des intercommunalités, ça a été la liberté du loup dans la bergerie."

"Nous avons inversé la tendance en matière de construction de HLM."

"Il n'y a encore eu aucune proposition sérieuse pour le reclassement des salariés de Diebold."

"Le problème de Marseille c'est qu'on y crée des emplois qui ne sont pas destinés aux salariés des entreprises qui ferment."

"L'avantage de faire des tables rondes à la préfecture [entre syndicats et patronat], c'est que ça médiatise le dossier. Le pire dans un conflit social, c'est l'indifférence. Dans ces cas-là il n'y a aucun espoir."

18/01/2007

Syndicaliste, un métieeeer d'chien

A toi lecteur qui pense sans te l'avouer que les syndicalistes de l'éducation nationale sont des parvenus payés à rien foutre, écoute donc l'histoire de Josiane Dragoni, secrétaire du Snes pour l'académie d'Aix-Marseille.

Hier après-midi a eu lieu au rectorat un important comité technique paritaire (CTP) académique. Le CTP réunit cadres de l'éducation nationale et syndicats d'enseignants pour discuter de la répartition des moyens (profs, pions, médecins, assistantes sociales etc.)

Et comment se définissent les moyens attribués à tel ou tel école / collège / lycée ?

Accroche-toi bien :

-d'abord il y a le projet de loi de finances, qui propose une attribution de moyens au niveau national

-puis le projet de loi est débattu, modifié et voté par les parlementaires

-à partir de la loi de finances, un CTP ministériel répartit les moyens entre les académies

-un CTP d'académie les répartit entre chaque département, puis entre chaque établissement

Sachant qu'à toutes ces étapes, les chiffres peuvent changer en plus ou en moins, soit parce qu'ils sont vraiment modifiés, soit parce que le mode de présentation est différent, imagine le boulot des syndicalistes pour tout vérifier, à chaque étape.

Tant et si bien que : les documents du CTP d'académie étant arrivés plus tard que prévu (fin décembre au lieu de mi-décembre), Josiane Dragoni était encore en train de tout vérifier ligne par ligne et calculette à la main mardi après-midi.

Et qu'à côté de ses heures de décharges syndicales, elle donne aussi des cours de math au lycée Saint-Charles. Mais à part ça les syndicalistes ne foutent rien. 

17/01/2007

Chuck has bucked me up

Berceuse, de Chuck Palahniuk, est un très beau cadeau, un polar magnifiquement tordu, et une moisson de de remarques bien senties sur le journalisme. Extraits:

-"En lieu et place de l'éthique, j'ai appris à ne raconter aux gens que ce qu'ils voulaient entendre. J'ai appris à tout noter, noir sur blanc. Et j'ai appris que les rédacteurs en chef pouvaient être de véritables connards."

-"Cette question théorique sur l'éthique, ils sont bien obligés de la poser à la fin des études de journalisme parce qu'à ce moment-là, c'est trop tard. Vous avez de gros emprunts d'étudiant à rembourser. Des années et des années plus tard, je pense que la question qu'ils posent, en réalité, est : Est-ce que c'est là quelque chose que vous voulez faire pour gagner votre vie ?

-Au héros, qui a noté même la date du prochain rendez-vous chez le pédiatre, pour son reportage sur la mort subite d'un nourrisson, son rédac chef dit : "Nom de Dieu, t'es doué."

-"Ce qu'il y a de mieux une fois que vous êtes devenu reporter, c'est que vous pouvez vous cacher derrière votre calepin. Tout n'est toujours que recherche."

-"A l'école de journalisme, ce qu'ils veulent que vous soyez, c'est une caméra. Un professionnel entraîné, détaché. Précis, lissé et observateur. Ils veulent que vous croyiez  que les informations et vous seront toujours deux choses séparées. Tueurs et reporters s'excluent mutuellement. Quelle que soit l'histoire, elle ne vous concerne pas." 

 

16/01/2007

La poésie qui disparaît...

Mon sport favori du métro est gravement menacé ! La RTM a reconfiguré ses tourniquets, ils recrachent les cartes tout doucement ! Que tout ceux qui ont repéré des tourniquets fonctionnant encore à l'ancienne m'envoie les emplacements, c'est une question de survie !!!

 

Raoul Duke, docteur en sport addict  

Sadiques

Tu veux faire chier un journaliste, coco ? Eh bin invite-le à une conférence de presse super importante en la mettant à une heure pas possible. Tu sais pas comment faire ? Consulte des spécialistes.

Le recteur d'académie par exemple, qui fait toujours ses conférences de rentrée à 8h30 du matin ou à 17h, histoire que tu aies la tête bien dans le cul et / ou dans les embouteillages quand tu roules vers Aix.

Ou alors les chercheurs de l'Insee, qui te dévoilent tous les résultats du recensement à 9h pêtante un petit matin pluvieux, et qui n'ont même pas prévu un petit croissant au cas où tu sortirais à peine du lit à cette heure là. 

Ce ne sont que deux exemples mais je pourrais t'en donner bien d'autres coco. Garde juste à l'esprit que le journaliste est un animal pressé, couche-tard, lève-tard. Ca pourra toujours te servir.

 

Raoul Duke, docteur en rythmes biologiques 

Déshonoré

Honte sur moi ! Malgré mon Triban Trail double dérailleur, je me suis fait doubler ce matin dans la montée rue Lulli (1er) par une jeune femme équipée uniquement d'un vieux Peugeot monodérailleur ! Maudites soient mes cuisses si peu musclées, jusqu'à la troisième génération !

Consoloation tout de même, la belle s'est ensuite attaquée à la rue Grignan dans toute sa longueur, direction Notre-Dame-du-Mont. Visiblement, elle a l'expérience de la côte, inutile donc de lutter.

 

Raoul Duke, docteur en remise en forme

 

PS : Je ne me ferais quand même pas seppuku à cause de ça puisque ce matin, j'ai tout de même fait Fort Saint-Jean - parc du XVIe centenaire en 23 minutes chrono.

14/01/2007

Radio classique

A chaque séance de voeux à la presse à Marseille, on peut compter sur trois moments "classiques", inoxydables, inséparables de ces cérémonies : 

-la première question au maire/ président de conseil général / président de conseil régional, posée par notre grand ami le journaliste Max Bertagna, alias "le Président"

-la question sur les relations turco-arméniennes posée par Jean Kéhayan, président du club de la presse de Marseille 

-la question sur la situation en Israël et en Palestine, posée par un confrère de Radio JM, qui se fait toujours plein d'amis en demandant chaque fois qu'on fasse "moins de bruit et qu'on écoute les réponses très intéressantes de Mr le maire / Mr le président".

La musique adoucit les moeurs

On avait eu l'info dès mardi via des fonctionnaires d'Etat, mais on ne voulait pas y croire. Et pourtant, vendredi, dès l'ouverture de ses voeux à la presse, Jean-Noël Guérini l'a confirmé : il allait bien offrir à chaque journaliste présent* un lecteur MP3."Ce n'est évidemment pas pour vous corrompre, nous a-t-il dit. Ce n'est qu'un modeste cadeau avec les moyens bien réduits** du conseil général".

Tant pis pour les vélos pliables, on se consolera avec de la musique ! Annonçons la couleur tout de suite : presque tous les présents (y compris 20 Minutes Marseille) ont pris le MP3. Un peu abasourdis.

Alors on a essayé de trouver des trucs pour minimiser ce cadeau : certes c'est un modèle chinois sans aucune marque apparente, certes il s'agit plus d'une clé USB 1 Go avec un système d'exploitation, certes les prises casques, les boutons volumes etc. sont très peu "user friendly", certes un modèle beaucoup plus performant de chez Philips coûte 70€ à peine chez Carrefour, certes la charte déontologique de la presse française ne donne pas de plafond pour les cadeaux...

Mais pourra-t-on quand même toujours écrire aussi équitablement sur le conseil général après avoir accepté un cadeau comme ça ?

Avec Starsky, on en a parlé paisiblement autour d'un café après les voeux. 

Et la réponse est : oui.

 

Raoul Duke, journaliste vendu et qui crache dans la soupe

 

*Plus de 150 journalistes d'active ou à la retraite, tout de même. 

**Deux milliards d'euros à peine pour le budget 2007. 

Mes chers amis....

Parmi la bonne dizaine de journalistes qui l'ont interrogé vendredi à l'occasion de ses voeux à la presse, il en est un que Jean-Noël Guérini n'a pas "remercié pour cette question" : Rafi Hamal, confrère du Ravi, qui lui demandait ce qu'il pensait du retour en politique de François Bernardini.

Vous vous rappelez Bernardini ? Ex-homme fort du PS 13, ex-maire d'Istres et président du conseil général, condamné pour abus de confiance, qui avait laissé la fédé et le CG à Guérini et qui revient en force cette année après avoir fait élire son bras droit Nicole Joulia à la mairie d'Istres...

"Mon prédécesseur à la présidence du conseil général n'est pas socialiste [Bernardini a effectivement été exclu du PS depuis], je n'ai donc pas de commentaire à faire" a souri Jean-Noël. Et même pas un petit merci.

Supplique pour être enterré à la plage de Knokke-le-Zout

Jumelons Bruxelles et Marseille ! Non pas parce que ça me ferait des bonnes excuses pour aller en reportage chez moi aux frais de la princesse, mais parce que les deux villes se ressemblent plus qu'on ne croit !

Nombre d'habitants comparable (près d'un million), même enchevêtrement de compétences entre collectivités locales, beaucoup de problèmes communs, parmi lesquels propreté et circulation.

Marseille s'était déjà inspiré de l'expérience belge pour ses campagnes de com' en faveur du tri sélectif. Elle pourrait, dans le même esprit, regarder un peu ce qui se passe à Bruxelles en matière de vélo.

Car Bruxelles aussi s'est lancé dans une grande politique de promotion du vélo. Avec, comme bientôt à Marseille, un système de vélos à louer (géré par Jean-Claude Decaux, aussi).

Les tarifs sont globalement les mêmes, mais l'implantation des stations de location est différente : alors que Marseille veut aller jusque dans ses quartiers périphériques, Bruxelles s'en tient pour le moment à l'hypercentre, autour de la Grand-Place.

Marseille et Bruxelles se rejoignent en revanche dans la nullité totale de leurs pistes cyclables. Les deux villes ont opté priotairement pour des pistes "peintes" sur le macadam ou les trottoirs. Piétons et voitures étant censés les respecter. Seule amélioration belge : un petit espace (la "zone avancée pour cyclistes") prévu devant les feux rouges pour que les vélos puissent démarrer au vert les premiers.

Pour le moment, ces efforts paient peu : les quelques vélos aperçus à Bruxelles sont surtout des vélos pliables, qu'on emporte avec soi dans le tram puis qu'on déplie pour faire le trajet entre l'arrêt et le lieu de travail ou le domicile. 

 

Raoul Duke, chroniqueur mondain à "Petite Reine" 

 

Snuls Kit "Journaliste"

Eeeh dis, toi ! Tu aimes Tintin, Rouletabille, Bob Woodward et tout ça ? Ouais ?? Eh bin toi aussi tu sais une fois devenir journaliste ! Avec ce joli site internet lancé par l'agence de presse belge Belga pour recruter ses stagiaires !

Même si tu n'as jamais fait d'école de journalisme tu sais une fois tenter ta chance en envoyant un podcast-commentaire radio sur un sujet d'actualité choisi par Belga. Les meilleurs seront pris en stage à Belga avec, qui sait, des perspectives d'embauche ! 

Tu verras !!! L'effet est saisissant !!  Puisqu'il permet d'ouvrir les rédactions à des gens qui n'ont pas forcément le cursus classique du journaliste binoclard.

A voir aussi sur ce site : les deux petits reportages sur les armes où l'on apprend au passage que 2 millions d'armes circulent en Belgique. Un Belge sur cinq est un Belge armé !!!

 

Raoul Duke, docteur en "Où est-ce que j'ai mis mon flingue ?" 

 

PS : Non, le jeune homme en fond d'écran sur le site n'est pas l'idéal esthétique du journaliste belge. Il s'agit juste d'un morphing pour illustrer les qualités du journalistes : savoir voir, écouter, et dire. (Et avoir les cheveux en bataille parce que tu vois, coco, on fait quand même un métier de saltimbanque, quelque part).

11/01/2007

Un Emir, sinon rien

L'Emir de Dubaï, sauveur de l'OM ! En plus de disposer d'une réserve de fric plus grande encore que celle de RLD, l'Emir permettrait à la direction de l'OM d'être définitivement à l'abri de soucis judiciaires. En effet, comment poursuivre pour abus de bien sociaux un PDG membre d'une famille royale, bénéficiant de l'immunité diplomatique ?

 

Raoul Duke, docteur en diplomatie judiciaire 

10/01/2007

Courage Amandine !

Nouveau coup de fil hallucinant récupéré par Amandine, notre stagiaire et standardiste expiatoire : une mamie qui téléphone à 20 Minutes pour se plaindre que le sondage paru ce matin dans La Provence n'est pas objectif et qu'il fallait qu'on fasse un sondage "pas payé par la mairie".

Itinéraire bis

Pour fêter le nouvel an, j'ai tenté la montée par le boulevard Baille : c'est un leurre !!! On a l'impression que c'est moins raide mais comme ça grimpe sur une plus longue distance, on est fatigué pareil à la fin. Ma belle chemise de réveillon a été trempée de sueur ! Remboursez !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu